Hip Hop une scène anglaise - Réseau des médiathèques Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées

L’Angleterre reste un épicentre de la création musicale. En rock, en musique électronique ou en rap, elle a dévoilé et continue de livrer régulièrement des artistes aux potentiels énormes.

Un rap toujours neuf à l’image des multiples courants de musiques actuelles qui inondent la ville de Londres. Le Rap anglais utilise et s’approprie toute les musiques actuelles ; dupstep, dancehall, drum’n’bass, pop, r’n’b... et lance à chaque fois des artistes efficaces et surprenants.

Le rap anglais a toujours produit du hip hop pointu et urbain ; qu’on pense au So Solid Crew, au Virus Syndicate, à Dizzee Rascal ou à the Street en passant par Roots Manuva Ms Dynamite, ou plus récemment Kate Tempest leurs musiques ont toujours eu un impact sur le monde musical. La rue londonienne bouge très vite ; voici ceux d’aujourd’hui ou déjà d’hier.

Depuis déjà une dizaine d’années, Tinie Tempah explore le genre. Son premier album Disc- Overy, sorti en 2010 s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires. Sur un de ses hits, il a collaboré avec Eric Turner, pianiste et ancien joueur de basket américain. En 2012, il ouvrait pour Usher Son sixième album Demonstration lui permet enfin de débarquer en France, où il était annoncé sur la scène de la gaite-lyrique en avril 2020.

Voici un hit.

 

Stormzy second représentant de la scène émergente avec déjà 12 récompenses sur 17 nominations ! En 2018 il était le vainqueur des BRIT Awards 2018 (meilleur artiste masculin et meilleur album remportés à deux reprises devant Ed Sheeran. Star au Royaume Uni, en octobre dernier il était en couverture de Time magazine pour un numéro spécial consacré aux « Leaders de la prochaine génération » aux côtés de Greta Thunberg. Il dénonce entre autre le climat politique anglais actuel.Ce jeune homme, 31 ans, d’origine ghanéenne, apparaît aujourd’hui comme le porte-parole de la communauté noire britannique, image sur laquelle il revient dans son nouvel album, Heavy Is the Head, sorti le 13 décembre. Sur la pochette, Stormzy porte le gilet pare-balles que lui a offert le street-artiste Banksy.

 

MOstack

MOstack est un jeune rappeur du nord de Londres. Son audience parle aussi pour lui, plus de 8 millions de vues pour certains clips ; lorsqu’il se produit, les tickets partent en une heure, les capacités d’accueil des salles sont maximales. Une petite tournée en Scandinavie en 2017 lui a aussi permis de séduire les publics danois et suédois ; et en février dernier il était à Paris au badaboum. Avec des histoires de gang ou issus des maux de la société, ce rappeur apparut en 2014 a sorti un nouvel album l’année dernière et s’est hissé directement troisième dans le classement anglais.

 

Kojo Funds


Tout juste 25 ans, Kojo Funds sévit sur Londres et l’Angleterre. Originaire de l’Est londonien, ce jeune artiste puise son énergie dans son héritage culturel dominicain et ghanéen. Son premier album Golden Boy est sorti en 2018, mix de rap anglais, de dancehall, et de pop associés à des sons d’Afrique et des Caraïbes, il en découle son genre l’ afro Swing.

On reste dans l’Est de Londres avec une autre pointure : J Hus, qui à 23 ans a déjà livré plusieurs albums dont le dernier « Conspiracy » sorti il y a quelques mois. Devenu numéro un des ventes en Grande Bretagne, en moins d’une semaine, l’engouement que suscite ce jeune rappeur ne cesse de grimper. Le thermomètre chauffe dans la capitale anglaise. Elevé dans la banlieue Est, malgré un goût pour la littérature, le théâtre ou Le prince de Bel Air, il quitte rapidement le système scolaire. Impliqué dans des règlements de comptes et responsable de violence en bandes organisées, il échappe en 2015 à une tentative d’homicide mais pas à 8 mois de prison, en 2017. Fan absolu de 50 Cent, Drake compte parmi ses supporters, certains le compare à Stormzy.
Son projet musical illustre parfaitement le métissage culturel, où ici cohabitent du créole, du cockney (l’argot typique de l’Est de Londres) et du pidgin english, langue très populaire en Afrique de l’Ouest, chère aux artistes de rap britanniques, comme Kojo Funds, cité précédemment. Un premier album qui glorifie un mode de vie de têtes brulées de cité et un second plus affirmé, plus sage, démontre que le jeune homme est loin d’avoir tout dit. Au contraire il commence…

Abra cadabra


Lui aussi
est un très jeune homme de Londres mais lui s’est fait connaître avec une remix d’un morceau : Robbery. La scène drill ou grime anglaise fait l’objet de pression. La police demande la suppression de clips sur la plateforme Youtube. L'objectif est d'enrayer la vague criminelle qui touche Londres. « S'attaquer à ce style de musique n'est qu'une distraction selon le rappeur MC Abra Cadabra. «Les coupes budgétaires dans les écoles ou les logements sociaux rendent le quotidien des gens vivant en dessous du seuil de pauvreté plus difficile qu'il ne l'est déjà dans cette ville. Certaines personnes font des choses folles, pas parce qu'elles le veulent, mais parce que la situation les force à le faire», a-t-il affirmé à The Independent en avril 2018.


Stefflon Don est une jeune femme sans concession qui dégage une puissance aussi bienveillante que redoutable, comme sa musique. Dans ses titres, les images sont graphiques, le langage est cru. Elle infuse à grosse dose ses influences jamaïcaine et le dancehall avec lesquelles elle a grandi. Elle se lance en 2016, avec la mixtape Real Ting et signe à 25 ans un contrat avec une grande major, Universal, qui l’aurait soutenu dans la création de son label. Si elle rêve des Etats Unis, elle n’oublie pas ses racines et imagine un featuring avec Vybz Kartel, visant aussi le marché africain en explosion. Elle est passé en France en 2017 …

Yxng Bane s’est fait connaître par des post sur soundcloud, Sa première mixtape « Full moon » a fait un million de vues sur soundcloud en six mois . Il choisit son nom en référence au méchant du film « The Dark Knight Rises » de Tom Hardy, . Yxng Bane mélange dancehall, pop, grime, et afro swing et touche dans le mille à chaque coup. Il est signé sur le label de Tinie Tempah : Disturbing London et a été nominé deux fois aux derniers MOBO Awards, acronyme anglais pour Music of Black Origin, une cérémonie londonienne qui existe depuis 2006. Il était attendu au point ephemere à Paris en Mars dernier.

 

Not3s, est un jeune artiste londonien qui enflamme les scènes, c’est l’un des plus jeunes. Ce rappeur d’East London, est suivis par pas moins de 186K sur Instagram, il a abandonné ses études pour la musique. S’inspirant d’un style à la fois underground et afro, il a été repéré par Relentless Records et à reçu lui aussi le soutien de Stormzy. Il est passé l’année dernière à Bruxelles et a écrit son premier texte à huit ans.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.